Messages récents

Pages: 1 ... 8 9 [10]
91
Thé en poche! / Les «racistes» de Québec Solidaire.
« Dernier message par Manu Dalton le 1 mars 2019 à 10:08 »
Après des années passées à s’époumoner sur toutes les tribunes, à crier au scandale et au racisme, très souvent pour rien, l'arroseur a fini par être lui-même arrosé.

https://www.journaldequebec.com/2019/02/28/manifestation-antiraciste-contre-quebec-solidaire

J'oserais, pour ainsi dire :

92
Lutte! / Re : Retraite de LuFisto
« Dernier message par Manu Dalton le 27 février 2019 à 20:51 »
J'ai lu ça ce matin.

Precious Lucy est la première lutteuse que j'ai vu «live», probablement à la CCW si c'est à Québec où à la NCW si c'est à Montréal. C'est aussi une des premières personnes avec qui je suis passé de l'autre côté, derrière le rideau, en ayant des conversations de lutte. On s'est perdu de vue complètement quand j'ai lâché mes apparitions régulières un peu partout au Québec et les revues de galas. Je ne l'ai d'ailleurs pas revu live depuis au moins une douzaine d'années, mais grâce à Facebook j'ai été en mesure de continuer à la «suivre» un peu. Je me souviens particulièrement d'un show à la QCW, qui n'avait rien de mémorable, dans une salle minable, avec une organisation tout croche digne de la QCW...le seul combat qui avait de l'allure sur la carte était Lucy vs une fille de la JCW dont le nom m'échappe. C'est d'ailleurs ce qui m'avait attiré à aller voir ce show là avec le Détective Simon et feu mon ami Picouille. 

Bien que je comprenne sa déception de ne jamais avoir percée dans une des fédérations majeures, il faut dire qu'elle a eu toute une carrière pour une lutteuse québécoise!  Elle a quand même eu des combats dans plusieurs pays et des apparitions régulières au Mexique et aux USA. C'est un exploit en soi, car même chez les hommes au final c'est peu de personnes qui percent à l'international. C'était encore plus frappant dans le contexte du début des années 2000. Considérant son âge, loin de moi de la traiter de vieille, j'ai juste 4 ans de moins, c'est dommage mais pendant son « prime» la lutte féminine n'avait vraiment pas la visibilité et le calibre de ce qu'elle est aujourd'hui. On était encore à l'époque des «bra and panties» à la WWF quand Lucy luttait dans des matchs hardcore contre les gars de la IWS ou des combats hyper technique à la NCW/CCW.

Je lui souhaite la meilleure des chances pour la suite des choses.



94
Thé en poche! / Re : M. Internet aime District 31
« Dernier message par Manu Dalton le 27 février 2019 à 09:50 »
D'habitude ce genre de matantes là blâme les jeux vidéos et la musique heavy metal !!! Je suis complètement confus!  :o
95
Thé en poche! / Re : M. Internet aime District 31
« Dernier message par {NiCeGuY} le 27 février 2019 à 03:14 »
J'écoutes pas ça, ça l'encourage la violence ces téléromans là.

96
Thé en poche! / Re : Le roi de la montagne.
« Dernier message par Philo le 25 février 2019 à 06:48 »
C'est une bonne idée, et j'aime bien la façon que c'est encadré. Mot magique pour demander d'arrêter, et si tu veux pas jouer, t'as juste à pas entrer dans la zone.
97
Thé en poche! / Le roi de la montagne.
« Dernier message par Manu Dalton le 24 février 2019 à 20:47 »
L'article de La Presse. = https://www.lapresse.ca/actualites/education/201902/24/01-5215940-zone-de-tiraillage-entre-eleves-un-franc-succes.php

On dirait qu'il y a enfin une des matantes Germaine qui gèrent notre système scolaire qui vient d'allumer, ça l'air que ça pourrait être une bonne idée de laisser les jeunes garçons agir...comme des jeunes garçons! Toute une révolution en perspective au royaume du système scolaire aseptisé qui a peur de son ombre : on va permettre aux p'tits gars de se chamailler pendant les récréations.

Au risque de sonner comme un vieux croûton, dans mon temps, à l'école primaire, à la fin années des 1980, début 1990, on se chamaillait à chaque récréation et personne n'a jamais été blessé sérieusement. Et ce essentiellement parce qu'on était pas des caves. L'idée c'était de garocher l'autre en bas du banc de neige pour rester le roi de la montagne sans le tuer, parce tsé, il aurait pas pu remonter pour réessayer de nous sacrer en bas et éventuellement devenir le roi. C'était ludique, pas violent.

Mais un moment donné, un peu après mon temps, dans le milieu des années 1990, une crise de panique s'est emparé du réseau de l'éducation. Et si il arrivait quelque chose ? Il faut prévenir. Enveloppons les enfants dans une bulle plastique au cas où. Plus d'arachides dans les écoles, plus de gluten, plus de bousculade. Plus d'échec non plus, doubler ça existe plus. Évidemment pas longtemps après la butte qui nous servait à jouer au roi de la montagne l'hiver a été passée au bulldozer. Tsé des fois qu'un enfant se blesserait.  Heureusement moi j'étais déjà grand et j'avais découvert la lutte pour continuer à me chamailler avec mes chums. Toujours est-il que le ministère a même mit en place des équipes de professionnels pour expliquer aux petits garçons que c'était mal de se chamailler. On leur a rentré dans la tête que quand tu tombe tu va nécessairement chercher de l'aide à l'extérieur. Quand tu es petit tu va brailler chez ta mère, puis chez le prof, à la direction de l'école. Plus tard tu ira brailler chez gouverne-maman et chez le psy...

Je plains les kids m'ayant succédé dans la cours de l'école, et pas juste parce que ça devait être franchement plus plate pendant la récréation. Je les plains parce que ces enfants là ont jamais appris à se relever d'eux-même après être tombé. Et ça c'est triste. C'est bien d'avoir du soutiens extérieur, c'est même essentiel dans certaines situations, mais la confiance ça se bâti d'abord par soi-même. Parce que oui des fois dans l'excitation on se plantait royalement. Mais on remontait pareil. Parce qu'on voulait être le roi de la montagne. On allait pas se plaindre à nos mères, aux profs ou à qui que ce soit. On y retournait point final. Parce qu'avec l'effort, la résilience, la détermination, on finissait par l'être le roi.

Des montagnes on va en rencontrer toute notre vies. Certaines pas mal plus chiante à grimper que d'autres. Si on laisse pas un enfant se «planter» sur un banc de neige pour qu'il apprendre à se relever, comment est-ce qu'il va faire plus tard ?  Qu'est-ce qu'il va faire si il a un échec à son admission au Cégep ? Si il perd son emploi ? Si il vit une rupture ?  Comment il va surmonter une épreuve si il n'a jamais apprit ? À trop couver les enfants on va finir par se ramasser avec une génération de gens étant incapables de dealer avec le moindre échec.
98
Lutte! / Re : Top 100 Matchs 2018 de Salade d'endives
« Dernier message par Salade dendives le 16 février 2019 à 01:49 »
94. Low Ki vs. Amazing Red - HOG: Beware The Fury (3 Février)


Ces deux-là ont eu des matchs légendaires à la ROH et à la TNA en 2002. 16 ans plus tard (!!!), les revoici l'un contre l'autre !

Amazing Red est un junior-heavyweight portoricain qui a eu un début de carrière éclair avec un passage remarqué à la TNA en 2002-2003. Il a été champion X-Division et champion Tag Team avec Jerry Lynn. Il a aussi lutté pour la Ring of Honor où il fut champion par équipe avec AJ Styles. Il luttait aussi un peu partout sur la scène indépendante.

Malheureusement, pendant une tournée au Japon pour la AJPW, il se blessa assez sérieusement au genou, ce qui a pas mal ralenti sa carrière. Il fut contraint de prendre sa retraite de 2005 à 2008, le temps de se soigner convenablement.

À son retour, il passa 2-3 ans à la TNA (regagnant le championnat de la division X) avant de quitter pour la scène indépendante. Depuis 2014, il se consacre surtout à son école de lutte et sa propre fédération indy : House of Glory.

Low Ki, quant à lui, est un singe en colère à l'apparence vaguement humaine qui aime frapper les gens très très très très très fort (tout en portant un costume inspiré du jeu vidéo Hitman).

Blague à part, c'est dur de décrire la carrière "all over the place" de Ki. C'est un lutteur excessivement talentueux mais qui, à cause de son attitude un brin particulière, n'a jamais fait long feu dans toute les compagnies où il a travaillé (que ce soit la ROH, TNA, WWE, PWG, JAPW, IWA Mid South, Zero-One, NOAH, AJPW, NJPW, EVOLVE, Dragon Gate USA et j'en passe). Quand on commence à voir Low Ki dans une compagnie, on est mieux de ne pas trop s'attacher parce que normalement, ça ne dure pas... Ceci dit, il y a une raison pourquoi il se trouve toujours du travail : le mec est divin dans le ring. Et STIFF. Très Très STIFF.

---

Donc, qu'en est-il de cette nouvelle rencontre entre ces deux anciens rivaux ?

Et bien, c'était vachement particulier comme match. En fait, il y a des trucs là-dedans que je n'ai jamais vraiment vu ailleurs...

Ça commence dans le ring et c'est déjà fucking intense. Avec Low Ki, c'est toujours intense faut dire. Rapidement dans le match, l'arbitre doit enlever une chaise des mains de Red et Ki décide de "puncher" la chaise direct dans la face de l'arbitre (qui s'écroule ; il va sans dire). S'ensuit un massacre très divertissant de Red à l'extérieur du ring.

Il y a un stage dans la salle où se déroule le combat... Nos deux protagonistes s'y hissent. Et c'est là que le match devient quelque chose de vraiment unique... Ça devient un genre d'exhibition de kung fu à la John Woo. Complètement malade ! À un moment donné, Red repogne une chaise pour se protéger des assauts de Low Ki... Ce dernier attrape un boutte de bois qu'il pète en deux pour se faire des bâtons de combat. SURRÉALISME et ABSURDITÉ. CHAIR vs. STICKS. Cette séquence folle se termine quand Low Ki pitche Amazing Red en bas du stage. Ce dernier tombe directement sur le dos (en accrochant au passage des membres du staff). OUCH !

Low Ki ramène la carcasse de l'Incroyable rouge vers le ring. Il continue de le démolir avec des chops et des headbutts à l'intérieur ET à l'extérieur. Red a un léger regain d'énergie mais se fait tout de suite contré par Ki... C'est one-sided en CRISS. On assiste à un autre spot inconfortable à regarder quand KI fait un bodyslam fichtrement violent à Red à l'extérieur (sur un petit tapis bleu qui protège pas pantoute du plancher de bois).

Red reprend FINALEMENT le dessus avec des coups de coudes suivis d'une série de moves aériens, dont son Red Eye (Un Jumping Flatiner du 3ème câble) ! Il tente le tombé mais l'arbitre est encore décédé depuis tout ce temps. Dans un rare élan de logique, les commentateurs se demandent où sont les autres arbitres pour remplacer leur collègue écroulé ! Low Ki revient en force avec un DOUBLE-STOMP du 2ème câble directement sur le torse de Red (rien à voir avec le Coup-de-grâce tout gentil de Finn Balor). Ki rate un 2ème STOMP alors que Red est dans les cordes et se pète royalement la gueule ! FROG SPLASH de Red ! ENFIN un autre arbitre arrive. Compte de 2 !

Ki tente le Ki Krusher de la 3ème corde mais c'est contré en Hurricanrana... contré à son tour en autre Double-Stomp ! 1-2.... dégagement !!! Retour sur la 3ème corde... Ki essaie de faire son Warrior's Way alors que Red pendouille... Mais Red CRISS Ki à terre et y va d'un espèce de SAUT AÉRIEN COMPLÈTEMENT TWISTÉ AS FUCK ! 1-2-3 !!!!!

WOW ! Esti que c'était violent et cinglé comme combat ! Pas un match parfait mais l'aspect chaotique de la chose fait que je vais me souvenir de ce match pendant très très longtemps.
99
Lutte! / Re : Top 100 Matchs 2018 de Salade d'endives
« Dernier message par Salade dendives le 16 février 2019 à 00:10 »
95. Meiko Satomura vs. Mercedes Martinez - WWE Mae Young Classic (3 Octobre)


Je n'ai pas regardé tout le Mae Young Classic mais ce match m'interpellait. Deux "vétérantes" hyper talentueuse de la lutte féminine qui s'affrontent. Deux classic babyfaces que j'adore.

Meiko Satomura a commencé a lutté vers le milieu des années 90 pour Gaea Japan et s'est rapidement forgé une réputation comme une des meilleures catcheuses de cette compagnie dédiée uniquement au Joshi. Alors qu'elle n'était qu'une jeune première, elle a lutté dans le tournoi pour le championnat féminin de la WCW, mais a été défaite en première ronde contre l'éventuelle gagnante Akira Hokuto. Elle a eu des petits chef d'oeuvre de matchs contre Aja Kong. Et quand Gaea Japan a fermé, elle a battu sa mentor/entraineuse Chigusa Nagayo dans le Main Event du dernier show de la compagnie.

Après la fermeture de Gaea, elle a co-fondé sa propre compagnie de lutte féminine (avec Jinsei Shinzaki, plus connu chez nous sous le nom d'Hakushi) : Sendai Girls' Pro Wrestling (compagnie toujours active et importante dans le panorama indépendant japonais)

Mercedes Martinez est une lutteuse américain originaire du Connecticut, qui a fait ses débuts en l'an 2000. Elle a roulé sa bosse un peu partout dans les territoires indépendants (à l'instar d'une Sara Del Rey ou d'une Lufisto) mais est surtout reconnue pour son travail exemplaire à SHIMMER, compagnie qui existe depuis 2005. Elle a pris sa retraite vers 2014 mais est revenue en 2016, meilleure que jamais.

---

Pour une toute première rencontre entre ces deux guerrières, on peut parler de chimie instantanée et de styles qui se complimentent super bien ! On a eu droit à 11 minutes de pure intensité.

-C'était technique (de nombreuses très belles prises de soumission)
-Le "pacing" était enlevant
-C'était parfois très stiff (les coups de pieds de Meiko, les chops de Martinez)
-C'était bourré de prises folles (le Backdrop Driver et le Spinning Neckbreaker de Martinez, l'espèce de Sasuke Special qui se termine en descente du genou de Meiko)
-Et ce match avait un coeur énorme... On sentait le respect débordant entre les deux et le désir de vaincre !

Meiko nous a prouvé encore une fois qu'elle est aisément une des meilleures lutteuses sur Terre et Mercedes a livré la combat de sa carrière !
100
Lutte! / Re : Top 100 Matchs 2018 de Salade d'endives
« Dernier message par Salade dendives le 15 février 2019 à 12:12 »
96. Bandido vs. Rey Fenix - PWG Smokey and the Bandido (19 Octobre)


Deux luchadors qui ont eu une année 2018 de qualité dans un affrontement aussi brutal que stupéfiant !

On ne présente plus Rey Fenix. C'est un peu le Rey Mysterio Jr. des temps modernes. Il a été connu grâce à Lucha Underground, où il a rapidement démontré ses aptitudes aériennes mais aussi ses talents de "brawlers" et sa capacité à encaisser des volées (voir ses matchs contre Mil Muertes ; des classiques modernes). Il excelle dans pleins de style, que ce soit en solo ou en équipe avec son grand frère Pentagon Jr. (au sein des Lucha Bros).

Bandido est un nouveau venu sur la scène indépendante américaine. Ce catcheur mexicain a fait beaucoup tourner les têtes en 2018 avec son look et son style qui rappellent notre cher Hayabusa (RIP). Ses efforts n'auront pas été vains car il s'est fait offrir un contrat à la Ring of Honor, là où on le verra évoluer à temps plein en 2019.

Comme vous pouvez vous en douter, ce match est FOU ! Ça vole de partout, ça va vite en titi, les coups de pieds pleuvent, les dropkicks aussi... il y a des renversements de prises à qui mieux mieux et ça progresse élégamment vers un combat assez violent (avec des prises du genre à raccourcir une carrière ; beaucoup de HEAD-DROPPING). Les deux prises finales que Bandido doit utiliser pour achever Fenix sont DANGEROUS as FUCK !

Ce match est juste beau ! À voir absolument.

Pages: 1 ... 8 9 [10]