Auteur Sujet: Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.  (Lu 31648 fois)

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #15 le: 24 février 2015 à 14:29 »
Fuckingment. D'ailleurs avez-vous écouté ses dernières sorties ? He's back with a vengeance. J'ai bien aimé Syro.

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #16 le: 24 février 2015 à 14:44 »
145. After Crying - Megalázottak és megszomorítottak (1992)



Style : Prog de chambre

Je suis un grand amateur d'art visuel, qu'on parle de photographie ou de dessin (sous toutes ses formes et anti-formes). Par conséquent, je suis fan de pochettes de disques. C'est une des principales raison me poussant à continuer d'acheter des disques, et non à les télécharger. Un disque, c'est un tout. Pas juste des chansons disparates sur un vulgaire morceau de plastique. C'est un savant assemblage d'ambiances et d'atmosphères, musicales avant tout, mais visuelles aussi. J'aime quand la pochette d'un album, en plus d'être belle, réussit à représenter parfaitement la musique qu'elle annonce. Elle devient par le fait même une extension de la musique - une sorte de fenêtre ouverte sur un monde sonore unique... Des fois, il m'est même arrivé d'acheter un disque sans, au préalable, connaître le groupe et sa musique - juste parce que la pochette m'intriguait, me parlait. Dans le cas du quatrième album d'After Crying, ce n'était pas le cas. J'avais déjà entendu la musique sublime de l'ensemble hongrois mais quand j'ai finalement acheté le disque, j'ai pu constater à quel point la photographie ornant sa pochette était évocatrice de ce qu'il contenait : des arbres morts, suspendus dans la brume hivernale et nocturne, faiblement éclairés par un rayon de lune... Tout cela, on l'entend dans la musique d'After Crying. On le ressent. On le voit.

Megalázottak és megszomorítottak (digne d'un titre de Godspeed en hongrois !) est un disque résolument unique dans le schéma progressif moderne. Les mecs d'After Crying s'inspirent des plus grands de la première vague de prog anglais (King Crimson, ELP, Genesis), de la musique classique (milieu dont les membres du groupe proviennent) et du jazz (on sent l'influence de Miles !) pour créer un album de prog mélancolique et atmosphérique à souhait. Les compositions sont longues, planantes et somptueuses. Dès les premières secondes d'"A gadarai megszállott", pièce maîtresse du disque, on est transporté dans cette forêt ci-haut illustrée où froideur et chaleur, tristesse et beauté s'entremêlent au gré des notes sorties d'un piano fantôme, des cordes (violoncelle / violon) et des voix humaines éparses. Ça ne se presse pas - ça monte, en douceur et en émotion, petit à petit... Soudain, à travers cette magnificence sonore, s'élèvent une horde de cuivres déchaînés et de bois schizoïdes (trompette, trombone, basson, flute) rappelant autant la période Lizard du roi pourpre que Bitches Brew, l'éternel.

Megalázottak és megszomorítottak en 3 mots : lunaire, crépusculaire, contemplatif
« Modifié: 10 mars 2015 à 13:22 par Salade dendives »

Philo

  • Фило
  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1 173
    • Voir le profil
Re : Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #17 le: 24 février 2015 à 15:14 »
@Philo : Merci l'ami ! Et je respecte beaucoup la tienne aussi. Je sais pas si tu te souviens mais jadis, tu m'avais initié à Aphex Twin (que j'aimais pas du tout au début... Dieu que j'étais con) alors que je commençais à découvrir Autechre et Boards of Canada. Tu retrouveras pas mal de zik électronik dans le Top et c'est en partie grâce à toi :)

Oh, wow, tu m'en vois très heureux. :) Et je suis d'accord, Syro torche grave.

J'ai bien vu passer Andy Stott dans ton décompte, un autre très bon artiste...

J'imagine que tu connais Burial?

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #18 le: 24 février 2015 à 15:19 »
Ouais. J'aime bien sieur Burial et pas mal toute l'écurie Hyperdub en fait. Son dernier, "Rival Dealer" est fichtrement cinématographique. Je suis toujours happé par milles images nocturnes à son écoute. Niveau "habillage sonore", le gars il s'y connaît. Chaque son est juste parfait.

Philo

  • Фило
  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1 173
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #19 le: 24 février 2015 à 17:53 »
Oui, je suis 100% d'accord avec ton analyse! J'aime aussi le côté plus "lousse" de sa musique (disons, à l'opposé d'Autechre, qui est très mathématique). Paraît qu'il fait toutes ses tounes avec un logiciel rudimentaire, ce qui fait que ses timings sont parfois "off". Ça rend sa musique beaucoup plus organique.

Credo Quia Absurdum

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 742
    • Voir le profil
    • ibrokemycomics
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #20 le: 25 février 2015 à 22:03 »
Je ne suis pas un gros fan de metal en général ( quoique j'aime encore de temps en temps )... Mais je croyais que Immortal c'était fini! J'ai fait quelques recherches sur le net par la suite pis j'ai découvert que Varg Vikerness de Burzum ( dont vous parliez et que je connaissais avant ) est sorti de prison. Le gars avait poignardé à mort un "rival" d'une vingtaine de coups de couteaux dans le dos ( en self-defense selon lui :P ). Et il s'est fait réarrêter récemment encore, pis il était en possession d'une belle panoplie d'engins pour tuer du monde.

Juggalo

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 335
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #21 le: 25 février 2015 à 22:51 »
Pour faire l'avocat du diable, les armes étaient des fusils de chasse, enregistrés au nom de sa femme.

Il a des enfants pi toute asteur...on se demande si les autorités ont juste eu la chienne de l'avoir dans leur parage ou s'il est encore vraiment dangereux.

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil

Manu Dalton

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1 013
  • Ex-Rédacteur en chef des Poires rectales.
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #23 le: 26 février 2015 à 10:30 »
Pour le meurtre sa version a toujours été qu'il était coupable, il n'a jamais nié le meurtre, par contre il a toujours dit il s'est défendu à coup de couteau parce que l'autre gars avait une arme à feu. Le problème c'est que sans une multitude de témoin c'est la parole de un contre celle de l'autre. En ce qui me concerne je pense que personne ne saura jamais vraiment le fond de l'histoire là dedans. Ceci étant dit, c'est clair que socialement à cette époque il est devenu le bouc émissaire pour tous les conservateurs chrétiens. Je vous rappel que le gars se vantait de brûler des églises pour faire vendre ses disques. Bien qu'aucune preuve n'a été fournie pour l'associer directement aux événements il est largement accepté que ce soit lui le coupable... Donc ça nous laisse deux options, soit il est assez brillant pour pas s'être fait prendre, soit c'est vraiment pas lui.


Et comme dit Juggalo ce qui s'est passé en France concerne des armes de chasses légales et enregistrées ainsi que des armes blanches décoratives. Ce que je trouve le plus intéressant là dedans c'est qu'il a déclaré que les policiers français l'avait traité comme un être humain contrairement aux porcs qui servaient de forces de l'ordre en Norvège.  ;D
Avertissement: Ce message peut contenir un niveau élevé de sarcasmes, des opinions stupides ainsi que des traces d'arachides. La discrétion du lecteur est avisée.

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #24 le: 26 février 2015 à 11:28 »
144. V/A - No New York (1978)



Style : No Wave, Noise Rock, Expérimental

Le "no wave" est un courant musical / artistique éphémère apparu à la fin des années 70 dans le quartier du Lower East side, à New York. Le nom est en quelque sorte un pied-de-nez au "new wave" aussi apparu à la même période et se veut en rupture totale avec tout ce qui s'est produit avant (d'où le "no"). Le courant puise tout de même ses sources dans le punk, le rock "noisy", le Free Jazz, la musique minimaliste, l'Industriel, le dadaïsme, le surréalisme, l'anarchisme. Parmi les groupes et artistes majeurs issus de cette scène et consistant (à l'époque) une sorte de communauté, on retrouve Glenn Branca, James Chance / White, Rhys Chatham,  DNA, Lydia Lunch, Lizzy Mercier Descloux et j'en passe... La scène "no wave" a aussi été le point de départ de Sonic Youth, les Swans et The Birthday Party.

Au moment où le mouvement battait son plein, notre bon ami Brian Eno s'y est intéressé et a donc décidé de produire cette compilation épique, sorte de manifeste de la scène No Wave. On retrouve 4 groupes phares qui pondent chacun 4 pièces toutes plus cinglées, grotesques et chaotiques les unes que les autres. Oreilles sensibles s'abstenir. Dixit pour les amateurs de trames mélodiques.

James Chance And The Contorsions : Une sorte de fusion arnarcho-débile, fichtrement funky et hyper énergétique de Punk-Rock hurlant et de Trash-Jazz avec des guitares désaccordées, une batterie hyper simpliste et brutale, un saxophone qui part dans tous les sens, des vocaux hurlés digne d'un sociopathe atteint du syndrome "Gilles la Tourette"... le tout porté par des divagations franchement étranges et atmosphériques sur un orgue cheap. C'est comme la rencontre fantasque entre James Brown, les Stooges et Suicide. Bandant.

Teenage Jesus & The Jerks : Le groupe de Lydia Lunch, sorte de prêtresse démoniaque et par le fait même : la pin-up girl du mouvement no wave, si l'on peut dire. Ici, on navigue dans un espèce de punk nihiliste complètement noir et malsain. La voix de Lunch est horrible. Le tout est moins intéressant musicalement mais niveau ambiance, ça déboîte sévère. C'est vraiment primaire et les guitares sont acérées.

Mars : Mes préférés !!! Bordel de dieu... si vous pensez que ce que vous avez écoutez jusqu'à présent était fucked-up... Bienvenue chez les mongoloïdes de la planète Mars. Vocaux de malade mental SÉVÈRE (sur l'hélium dirait on), basse schizophrénique, guitares psychotiques, saturation de chaque espace sonore par une tonne d'effets psychédélico-noise-industriel-what-the-fuck. Et quand ils sont en mode non-saturés, ils sont encore plus étranges et inquiétants. Grandiose.

DNA : Retour à une... certaine forme de normalité pour les 4 dernières piécettes. Une batterie vraiment singulière ici, propulsée dans la stratosphère par Ikue Mori (qui deviendra, par la suite, une habituée des projets de John Zorn). Encore une panoplie d'effets d'orgues ridiculement biscornus. C'est vraiment du bruit mais on sent qu'il y a un super groupe de pop qui se cache derrière tout ça. Après tout, on pourra entendre le leader Arto Lindsay plus tard chez les Lounge Lizards.

En résumé : voici une compil à posséder de toute urgence pour tout fan de musique anormale et un testament sympathique pour un courant underground très important dont l'influence se fait encore sentir chez certains groupes, comme Deerhoof et les Liars.

P.S. : La pochette arrière nous montre des z'olies photographies des membres de chaque groupe. Trouvez pas qu'on dirait des mug shots de serial killers ou d'aliénés échappés d'asile ? :



No New York en 3 mots : OCD-Rock, Chimique, Détérioration
« Modifié: 10 mars 2015 à 13:22 par Salade dendives »

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #25 le: 26 février 2015 à 11:44 »
Je ne suis pas, mais vraiment pas fan des opinions raciales de Varg, mais le fait de l'acoquiner à Breivik alors que Varg l'a fortement critiqué suite à ses actes (et invité à se suicider, ni plus ni moins !) montre que la police n'a pas fait son boulot avant d'arrêter misteur Burzum. L'info était facilement dispo sur son blog.

Breivik a envoyé son manuscrit à Varg (tout comme à pleins d'autres personnes), pensant trouver chez lui un être aux pensées connexes mais ce n'était pas le cas.

Voici ce que Varg a écrit (attention ! le texte comprend beaucoup d'anti-juiveries niaises aussi) :

“To Breivik I can only say I hope you do kill yourself. You have killed more Norwegians than the entire Muslim population in Norway has done the last 40 years, and you claim to be a Norwegian nationalist and patriot fighting (alongside your Jewish masters) against Islam, to protect us against their crimes!? I am sorry to say so, but you have made a big mistake. Islam has been imported to Europe by Jews, so that guys like you would run to the Jews and fight for them like you did when you murdered future mothers of Norwegian children. Death to you and to all other ‘European’ Zionists out there as well! You are the main problem for Europe, because guys like you allow the Jews to run Europe into the ditch. The Jews would not have been able to do anything to us if it hadn’t been for Christian losers like you!”

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #26 le: 26 février 2015 à 13:23 »
143. Symphony X - Paradise Lost (2007)



Style : Progressive Metal, Power Metal, Neoclassical Metal

Grandiloquent, il va sans dire.

Basé sur le poème épique du même nom de John Milton, cet album marquait en quelque sorte un retour pour Symphony X qui n'avait rien sorti depuis leur excellent "The Odyssey" paru en 2002. L'album s'ouvre sur une intro des plus glorieuses, digne d'un final boss fight de Final Fantasy croisé à du Danny Elfman. S'ensuit alors une impressionnante suite de morceaux finement composés, bigrement efficaces, où le groupe démontre son incomparable compétence technique mais aussi son sens mélodique imparable.

On retrouve encore le savant mélange de prog, de heavy et de power metal mais on réalise bien vite que le son de Symphony X s'est assombri quelque peu depuis les précédents albums qui avaient une sonorité plus "Power Métal typique". Bien que je sois aussi fan de leurs offrandes discographiques antérieures, je dois avouer que j'aime beaucoup cette tournure un brin moins "cheesy" (qui se poursuit aussi sur leur très bon dernier album en date, "Iconoclast", soit dit en passant).

Parmi mes coups de cœurs, "Set the world on fire" est une superbe entrée en matière où EFFICACITÉ est le maître mot. No wasted note. De la virtuosité, oui. Mais au service de la musique. J'aime aussi beaucoup la pièce titre, une belle ballade toute en finesse et portée par le piano délicieux/sirupeux de Michael Pinnella (ce type bute sévèrement et ce, sur tout le disque). Respect total aussi pour "Seven" qui débute dans un délire claviéristique Wakeman-Emerson-esque magistral et qui évolue par la suite dans multiples sphères sonores, où Russel Allen use de son organe vocal avec bon goût. D'ailleurs, il tire vraiment bien son épingle du jeu sur c't'album. Sa meilleure performance, ever.

À travers une pléthore de bons groupes Power / Prog Metal, Symphony X ressort vraiment du lot. Tous les fans du genre devraient faire un p'tit tour du côté de ce paradis perdu.

Paradise Lost en 3 mots : Homérique, Grandiose, Chimérique
« Modifié: 10 mars 2015 à 13:22 par Salade dendives »

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #27 le: 26 février 2015 à 13:34 »
142. DJ Shadow - Endtroducing..... (1996)



Style : Hip-Hop Instrumental, Turntablism, Trip-Hop, Breakbeat

Bon sang de bonsoir ! Revoilà ce PUTAIN de feeling qui s'aggripe à mes organes internes à chaque nouvelle écoute de cette "fin initiatrice", chef d'oeuvre inestimable de cette conclusion de 20ème siècle déglingué... Il y a un AVANT et un APRÈS Endtroducing dans le monde de la musique moderne. Cet album, c'est la fin des disparités, c'est l'album qui tue tout en réunissant tout (et je dis bien TOUT : hip-hop, trip-hop, électro, pop, jazz, rock, classique, world beat, funk, soul, ambient, dub, prog, psychédélisme, kraut-rock, sixties, seventies, eighties, nineties... manque que le Black Metal au curriculeum vitae) pour bâtir une musique nouvelle, libre de toutes entraves - mais tout de même concise, hyper-travaillée (oh que oui) et surtout : incroyablement groovy et divertissante au possible. C'est le pastiche suprême. L'album qui singe tout, qui se veut une parodie géniale d'un grand album et qui réussit finalement à devenir ce qu'il imite.

Ce truc, c'est des milliers de samples. Juste des samples. Des samples qui flottent dans une mer de sons miraculés (d'autres samples ben tiens) de disques de hip-hop inconnus, de trames sonores impossibles, de vieux jazz enfumé... mais aussi tout droit sortis de disques légendaires et cultes (mais qu'on reconnait à peine). Entre autres : Björk, Metallica, Beastie Boys, A Tribe Called Quest, Tangerine Dream, The Meters, David Axelrod, T. Rex, le Alan Parsons Project, Meredith Monk et Shawn Phillips passent dans le malaxeur. Et ces samples sont assemblés en un tout follement cohérent par la main magique d'un architecte sonore des plus audacieux. Un mec qui s'appelle Josh Davis, qui aime toute cette musique avec passion (ça s'entend et ça se voit aussi : la pochette qui rend hommage au disque lui-même et à ces magasins géniaux où on pourrait passer deux éternités et demi alors que la copine attend en baillant) et qui veut lui donner une seconde vie. En réalité, il fait bien plus que ça. Il signe ici la bible de la musique populaire de ce dernier siècle ; un espèce de constat comateux et bruitatif de tout ce qui c'est fait de bon en musique - le tout recouvert par les brumes indicibles d'un producteur au talent quasi-infini, qui tisse ici des mélodies splendides faîtes toutes en loops qui sentent bon la nuit urbaine, alimentées par des beats syncopés et des incursions de drum n' bass (qu'un certain Amon Tobin ne reniera pas par la suite), ainsi que par la folie et l'humour de ces nombreuses voix samplées qui surgissent par ci par là. Et si ça avait commencé ici ce courant de musique dite "hantée" qui a définit en grande partie les années 2000 ?

Tout il est bon ici. Après une brève intro endtroductrice (ah ah ! Bon...), une boucle pianistique ensorcelante qu'on dirait tirée de L'Exorciste vient tout de suite nous ébahir les tympans. C'est l'incroyable "Building Steam With a Grain of Salt" qui débute, hymne nocturne par excellence. L'album nous jette déjà sa superbe en pleine gueule : des voix célestes qui s'élèvent par ci par là à travers un genre de funk ambient des plus prenants (cette basse !), des solos de drums ahurissants (surtout que ce sont des solos ré-assemblés, de sources diverses), et des voix mystérieuses qui planent au dessus du mix ; comme ce type qui confesse que sa musique n'a pas été créé mais qu'elle est simplement sortie à travers lui, comme si il était le médium entre nous, humains, et quelque chose de plus grand, de plus fort... Mais bon, pas le temps d'analyser l'aspect musico-philosophique que déjà "The Number song" nous tombe dessus comme une tonne de briques recouvertes de béton armé. 1-2-3-5 BREAKDOWN BABY ! Ce morceau, c'est les ruelles peu recommandables de New York à 2 heures du mat, avec les clochards imbibés qui titubent au rythme du beat et ces deux gangs de rues qui se livrent à une guerre d'insultes, de cris primaux, de breakdance et de jeux de poignards...

S'ensuit "Changeling" la hantée, "Changeling" qui voyage au bout de la nuit... Un mystère sonore insondable qui abritent son lot de grooves multi-ethniques et de mystères brumeux. On dirait du lounge "sale", avec des couilles (cette basse encore nom de Dieu !). Transition quasi kraut-rock, tout en ondes radio spatiales, avant de passer à "What Does Your Soul"... L'épopée noctambule se poursuit : le protagoniste-auditeur déjà abasourdi passe devant un club de jazz encore ouvert à 3 heures du mat ! Un jazz-dub style nouvelle-orléans-by-way-of-Cthulhu, porté par une voix de crapaud extra-terrestre, filtre à travers la porte de l'enceinte (le club appartient à un certain David Lynch qui est justement en train d'y filmer une pub de cigarettes). Vient ensuite un des monuments de l'album : l'inconcevable "Stem/Long Stem". Trop dur de définir cette épopée sonore des plus splendides. C'est Godspeed dans le ghetto, ni plus ni moins : des cordes austères, un tandem basse-batterie-guitare qui s'emporte et simule le battement de coeur de quelqu'un qui s'enfuit dans la nuit, des claviers planants et un monologue des plus étranges qui se termine sur le mot "scared..." et qui rappelle le terrible "Lift your Skinny Fists" des joyeux montréalais. Cette micro-symphonie, qui aurait pu faire le disque à elle seule, comprend aussi un superbe sample de "Tears" de Giorgio Moroder, le père du disco (trames sonores de Flashdance, Midnight Express et Scarface... sans oublier la version eighties incrédible de Metropolis de Fritz Lang). Mais bon, je m'écarte...

"Stem" se termine sur un piano jazzy magnifique - sorte de sous-thème à l'album qui revient à d'autres moments... Vient ensuite "Mutual Slump", pièce qui croise allègrement l'atmosphérique "Possibly Maybe" de la belle islandaise Björk à un délire musclé à la batterie. Une belle montée free-jazzée qui fait alors place à "Organ Donor" où on retrouve monsieur Moroder dans un contexte plus psychédélico-funky. Pourquoi est-ce que le hip-hop est à chier en 1996 ? La réponse en une seule phrase, qui résume parfaitement la situation. Autre monument, "Midnight In A Perfect World" débute sur le même thème jazzy qui conclue "Stem" - ce dernier se voit renforci par un beat "phat as fuck", une guitare metheny-esque, une voix de femme à la sauce giallo, un rapper-robot ainsi que mille autres fioritures magiques. Cette pièce, sinueusement épique, s'infiltre sournoisement dans le cerveau et induit un état de transe assez génial. "Napalm Brain" la déglinguée, la "sloppy", la "fuckée"... La musique commence à se dissoudre majestueusement dans sa propre nuit - L'album s'est saoûlé au trop plein de samples et dérive tranquillement dans les méandres euphoriques de son propre concept... "Scatter Brain" ou le trip de drum n' bass suprême de l'album... Monsieur Shadow supprime tout le reste et va à l'essentiel : LE beat (avec un "L" et un "E" majuscules). Ça file des malins petits frissons ce truc et ce serait déjà une fin parfaite...

Mais il reste encore la cerise sur le sundae, la perle cachée, le saint-graal, l'opus suprême et toutes ces genres de choses : "What Does Your Soul Look Like, Pt. 1: Blue Sky Revisited". Tiens. Je suis dans une bagnole, le petit matin qui va se pointer à l'horizon dans quelques minutes, et je dérive vers je ne sais où... bizarre quand même ; moi qui sait à peine conduire... et tout ce que ma radio capte, c'est cet espèce de jazz-easy-listening-infusé-de-rêve... cette litanie-ode au sommeil opiacé m'assaille.... ma tête est lourde, mes sens catatoniques... Mon véhicule va prestement s'écraser contre une cabine téléphonique au passage... Et là, le front quelque peu éclaté, le sang coulant sur mon front, heureux, je vais chantonner cet air qui continue d'envahir mes tympans ; cet air magnifique, drogué, surréalisant... Oh le téléphone sonne ! Je sors tant bien que mal de la voiture et je réussit à agripper le combiné dans la cabine défoncée : Tiens donc, c'est le géant de Twin Peaks ! "It is happening again.... It is happening again...."

Endtroducing..... en 3 mots : NUIT, vin de garde, bible musicale
« Modifié: 10 mars 2015 à 13:22 par Salade dendives »

Manu Dalton

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1 013
  • Ex-Rédacteur en chef des Poires rectales.
    • Voir le profil
Re : Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #28 le: 26 février 2015 à 17:06 »
Je ne suis pas, mais vraiment pas fan des opinions raciales de Varg, mais le fait de l'acoquiner à Breivik alors que Varg l'a fortement critiqué suite à ses actes (et invité à se suicider, ni plus ni moins !) montre que la police n'a pas fait son boulot avant d'arrêter misteur Burzum. L'info était facilement dispo sur son blog.

Breivik a envoyé son manuscrit à Varg (tout comme à pleins d'autres personnes), pensant trouver chez lui un être aux pensées connexes mais ce n'était pas le cas.

Voici ce que Varg a écrit (attention ! le texte comprend beaucoup d'anti-juiveries niaises aussi) :

“To Breivik I can only say I hope you do kill yourself. You have killed more Norwegians than the entire Muslim population in Norway has done the last 40 years, and you claim to be a Norwegian nationalist and patriot fighting (alongside your Jewish masters) against Islam, to protect us against their crimes!? I am sorry to say so, but you have made a big mistake. Islam has been imported to Europe by Jews, so that guys like you would run to the Jews and fight for them like you did when you murdered future mothers of Norwegian children. Death to you and to all other ‘European’ Zionists out there as well! You are the main problem for Europe, because guys like you allow the Jews to run Europe into the ditch. The Jews would not have been able to do anything to us if it hadn’t been for Christian losers like you!”

Comme quoi pour le commun des mortels les extrémistes sont tous dans le même paquet. Il suffit de prendre deux minutes pour réaliser que Varg est un néo-paien assumé depuis son jeune âge, bien qu'il est eu sa période sataniste* dans le temps justement où les églises brulaient, tandis que Breivik agissait pour préserver la Norvège chrétienne. Lier un avec l'autre est aussi improbable que de dire que, mettons, Pol Pot et Moubutu Sese Seko ont massacré des gens pour les mêmes raisons. Ca reste des débiles, mais avec des motivations différentes et la nuance est importante pour comprendre ce qui les poussent à l'action.

*Il (VARG) a rejeté le satanisme car c'est pour lui une opposition juive à un Dieu juif. Je ne rentrerais pas dans la question des origines juives du christianisme ici. Autre débat. Mais je partage son analyse sur certains points, surtout sur le fait que le satanisme n'est possible et n'a de sens qu'avec le christianisme en opposition. Lui ramène évidement tout au juifs, moi je penche plus pour dire que le satanisme ne fait aucun sens car ce n'est pas une idéologie / religion qui vie pour elle même, elle n'a de sens que dans l'opposition à quelque chose d'autre. Vous remarquerez d'ailleurs qu'en Occident il est de moins en moins question de mouvements satanistes depuis que les églises chrétiennes se vident. Si il n'y a plus d'autorité à défier à quoi sert la rébellion?  À noter qu'en Europe de l'est, où les églises orthodoxes sont pleines depuis la chute du communisme, il est de plus en plus question de mouvements d'inspiration satanistes.
Avertissement: Ce message peut contenir un niveau élevé de sarcasmes, des opinions stupides ainsi que des traces d'arachides. La discrétion du lecteur est avisée.

Shtamane

  • Membre Complet
  • ***
  • Messages: 185
    • Voir le profil
Re : Top Musique! de Salade d'Endives - Version 2.0.
« Réponse #29 le: 5 mars 2015 à 11:02 »
Whoa Salade je m'incline devant ce que tu viens d'entreprendre et espère de tout coeur que tu te rendras jusqu'au bout. Ta qualité d'écriture, ta façon de rendre vivante la musique par tes mots et de nous donner envie de nous garrocher sur nos écouteurs est incomparable.

J'abonde dans ta recommendation de After Crying. Je crois qu'il était dans mon top 30 aussi. Mon top 30 que j'ai perdu malheureusement. J'ai deux fichiers texte avec pas mal tous les trucs cools qui ont été fait sur SAUF mon top 30. J'ai même les quelques premiers textes de ton top 35  avorté ;)