Auteur Sujet: Téléfilm documentaire:François Fillon, l'homme qui ne pouvait pas être président  (Lu 200 fois)

Cappie

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 384
    • Voir le profil
J'ai regardé ce documentaire sur youtube (pas disponible sur le site de France 5 ou France Info à cause du géoblocage) hier soir. Sans être un grand expert, j'ai développé un petit intérêt pour la politique française. N'ayant pas vu House of Cards, je ne pourrais pas dire si ça s'en rapproche. Ça me fait évidemment penser à The West Wing, mais ce qui s'en rapproche le plus à mon avis est la mésestimée série "Bunker, le cirque".

Pour ceux qui ne le replace pas, François Fillon était le candidat de la droite républicaine, aussi appelée gaulliste, aux élections présidentielles française de 2017. C'était la première fois dans la Ve république que le candidat gaulliste ne se qualifiait pas pour le second tour. Le gars avait le vent dans les voiles après sa surprenante victoire aux primaires à l'automne 2016, mais il s'est retrouvé dans la merde quand Le Canard Enchaîné (un vieux journal indépendant) avait découvert qu'il avait longtemps fait versé un salaire d'adjointe parlementaire à son épouse femme au foyer. S'en est suivi une série de révélations de ce genre qui ont culminé avec le fait qu'il avait reçu des cadeaux très luxueux de la part d'amis. L'ironie de la chose est qu'il avait gagné les primaires de la droite en se présentant comme un modèle d'intégrité et d'éthique.

Le documentaire se veut donc une autopsie de cet échec. Son contenu principal est des entretiens avec quelques journalistes (dont le  et deux ou trois membres de la garde rapprochée de Fillon, mais surtout avec des figures importantes du parti Les Républicains (jadis appelée UMP...) ou pour la campagne. Le rédacteur en chef du Canard Enchaîné dit dans le film que ce n'est pas tant les révélation de son journal qui ont fait mal au candidat que ses réactions inadéquates face à celles-ci. On dirait de notre côté de l'Atlantique que Fillon s'est autopeluredebananisé.

L'argument du documentaire va dans le sens de l'autopeluredebananisation. Fillon était un élève farouche à l'autorité puis est précocement devenu ce politicien très discret, pour ne pas dire opaque. C'est aussi quelqu'un de très combatif, revanchard et arrogant. Le film se penche sur le stratégique et non l'éthique, mais on peut voir en filigrane le lien avec le portrait fait du personnage et ce qui lui est reproché. Un lien bien explicite est quant à lui fait entre la manière de faire sa campagne présidentielle avant et après l'éclatement des "affaires". Par exemple, il a pris de longues vacances après sa victoire à la primaire au lieu. Pendant ce temps-là, son équipe de campagne pédalait dans le vide et le parti souffrait toujours des divisions internes auxquelles il avait lui-même contribué depuis quelques années.

Quelques faiblesses à mon avis:
  • Ça manquait d'emphase sur le bout où Fillon accusait d'être victime d'une job de bras d'un cabinet noir commandé par François Hollande. Ça l'aurait été plus rigolo. Sur une note plus sérieuse, cet episode est implicitement présenté comme le miroir d'une tentative de job de bras que Fillon avait essayé de faire faire contre Sarko en 2014.
  • Un peu trop d'attention est donné à Robert Bourgi, l'avocat véreux qui avait offert des costume sur mesure à Fillon. Un an plus tard, il fait le tour des médias pour dire qu'il avait fait ça par vengeance purement personnel contre lui et que c'était un assassinat politique délibéré. Or, ce n'est qu'UN des scandales dans la campagne de Fillon. De plus, le gars se décrédibilise lui-même en insistant sur le fait qu'il est croche.
  • C'est le PS et non LR qui a mangé la plus grosse claque aux élections présidentielles et législatives de 2017. Pendant ce temps-là, le FN est ruiné. L'échec est à relativiser.
  • Au début du documentaire, la biographe de Fillon insiste sur le contraste entre l'image publique austère du gars et sa personne privée amatrice de sensation forte, jadis rebelle. Ce qu'elle oublie, c'est que les positions très conservatrices du bonhomme ont contribué à façonner son image d'austérité. L'hypocrisie n'est pas que d'avoir fait campagne aux primaire sur le thème de l'éthique, mais aussi d'avoir fait campagne avec un programme impliquant des grosses coupures dans la fonction publique.

Je retiens deux points fascinants:
  • Sarkozy était encore un big shot en 2017. François Baroin, un des ténors LR présent dans le documentaire parle carrément comme s'il était venu à la rescousse de Fillon en tant qu'homme de main de Sarko.
  • Pour beaucoup de gens interviewés, le problème n'est pas tant l'éthique que les déclarations de Fillon à ce sujet. Il est vaguement question dans le documentaire des "casseroles" de Sarko, mais pas un mot sur celles de Juppé. Certaines personnes racontent comment ils ont fait des pieds et des mains pour que Fillon, mis en examen pour une affaire d'emplois fictifs, soit remplacé par Juppé, qui a déjà été condamné pour une affaire d'emplois fictifs. À leur décharge, ils ne sont pas le seul parti français qui ont des têtes d'affiche mêlées à des histoires de ce genre.