Auteur Sujet: Mes albums préférés (sans ordre particulier)  (Lu 385 fois)

Le Genius

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 58
    • Voir le profil
Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« le: 2 février 2019 à 05:08 »
Pour faire suite aux excellents "Tops" de Shtamane et Salade, et sans avoir la prétention d'atteindre la qualité ni l'hétérogénéité des genres musicaux présentés, j'aimerais m'essayer à la présentation de quelques uns de mes albums préférés.

Contrairement à mes deux amis, je ne souhaite pas hiérarchiser les albums par préférence, j'en suis incapable. Je m'autoriserai à mettre plusieurs albums d'un même artiste / groupe, je m'autoriserai des albums live et/ou "best of". Il est possible que d'un album, je ne retienne d'une chanson ou deux, mais suffisamment marquante à mes yeux (et mes oreilles) pour que l'album figure ici. Parfois, voire souvent, une musique me séduit non pas par son incroyable lyrisme, les paroles ou les qualités techniques des musiciens, mais pour quelques notes, un enchaînement, que je ne peux m'empêcher d'écouter en boucle, parce je trouve que c'est bien trouvé, parce que c'est fin, parce qu'il vient de se passer un truc. Parfois encore, j'aime un album pour son audace, voire le culot de son (ses) compositeur(s), cette volonté courageuse de brasser la cabane, comme vous dites (si mes souvenirs sont bons), mes chers amis d'outre-Atlantique.

Ne soyez pas étonné(e)s de trouver des albums figurant déjà dans les tops de Shtamane et/ou Salade. Il m'ont dépucelé les oreilles (j'étais consentant, hein, c'était à ma demande) et leur influence reste grande. Une pensée évidemment pour l'ami RTF, qui n'a pas écrit de Top mais dont les conseils furent également précieux.

Ça sera peut être long, peut être jamais achevé, j'espère même que ça va commencer un jour ... je n'ai rien défini pour le moment, je saute dans le grand bain sans bouée.

Bonne lecture.

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #1 le: 7 février 2019 à 23:23 »
OH QUE OUI !!!

Je vais suivre cela avec beaucoup d'intérêt :)

Le Genius

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 58
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #2 le: 11 mars 2019 à 20:01 »
Dire Straits - Alchemy (1984)



Surprise ! Le premier album présenté est aux antipodes de ceux figurant des les deux excellents « Tops » de Shtamane et Salade : un album live d’un groupe « mainstream », et c’est pas du progressif. Quoi que nous rediscuterons de ce dernier point …


Dire Straits s’est fait connaître en 1978 grâce à son album éponyme, très éloigné des standards punk de l’époque, car plutôt axé blues - roots - folk - rock, avec un son de guitare très clair, cristallin plutôt que saturé. Le titre « Sultans of Swing » a révélé le groupe. Après un deuxième album dans le même style mais plus abouti encore, « Communiqué », Dire Straits  prend un premier virage - léger - avec leur troisième album intitulé très justement « Making Movies » :  Mark Knopfler (fondateur - leader - auteur - compositeur)  ne compose plus uniquement des chansons, mais commence avec certaines pièces à créer une histoire pour laquelle il compose une musique, un peu comme une musique de film qui collerait à l’histoire. Pour que l’effet soit réussi, le groupe incorpore un nouvel élément qui sera décisif : le piano. Cela nous donne les superbes « Roméo and Juliet », « Tunnel of Love ». D’autres morceaux deviennent, eux, plus « rock », plus péchus : « Solid Rock », « Expresso Love ».


Cet essai sera transformé avec l’album suivant, le quatrième, l’excellent « Love Over Gold », qui reprend le concept des histoires mises en musique. Si j’osais, je dirais qu’il s’agit du meilleur album de Dire Straits. Si j’osais davantage, je dirais même qu’il est … progressif. Vraiment. Pas du progressif hyper-démonstratif, caricatural, pénible, non, mais les chansons en ont la structure, l’ossature, une introduction, un développement en séquences, une conclusion, magnifiées par le piano du nouveau venu Alan Clarke, dont l’apport est capital sur les chefs d’oeuvre que sont « Telegraph Road » et « Private Investigations ». Et soyez rassurés, tout cela reste parfaitement digeste, accessible à toutes les oreilles, même à celles qui se bouchent à l’évocation du mot « progressif ».


Revenons à Alchemy, l’album live que je vous propose de découvrir : il est issu de la tournée qui a suivi la sortie de Love Over Gold. Les années blues rock » sont passées, mais les morceaux de cette époque ne sont pas remisés aux rayons des souvenirs, certains sont ressortis, ré-arrangés, ils sont proposés pendant ce concert sur une forme plus allongée, plus rock, plus « punchy » (« What’s Upon a Time In the West », « Two Young Lovers » qui mélange rock, piano-bar et saxophone par Mel Collins, ex-King Crimson).



Le titre qui leur a permis de sortir de l’ombre, « Sultans Of Swing » subit lui aussi un petit lifting, perd son style roots au profit d’un son beaucoup plus rock et s’allonge considérablement, se permet même une une baisse de tempo à ses deux tiers pour revenir sur un final instrumental inédit et tout-à-fait éblouissant et plein d’énergie.





Le concert est surtout l’occasion de mettre en valeur les albums « Making Movies » et « Love Over Gold », et on retrouve donc « Roméo and Juliet », « Private Investigations » toute en tension et suspense (qu’on ose me dire qu’elle n’est pas progressive, celle-là …), « Tunnel of Love » qui commence assez rock pour finir en ballade, et le clou du concert, « Telegraph Road », elle aussi pleine de rebondissements et qui, un peu comme « Sultans of Swing », voit après une accalmie son dernier quart proposer un instrumental de très haute volée avec un solo de Mark Knopfler absolument remarquable. C’est à écouter au moins une fois, juste pour se faire un avis …





Après un morceau plus rock, très justement intitulé « Solid Rock », le concert s’achève sur ce qui est cette fois réellement une musique de film, « Going Home », une jolie ballade dans laquelle guitare et saxophone échangent avant de « parler » à l’unisson.



Les amateurs de rock pur et dur ne trouveront pas dans cet album live de quoi satisfaire leur besoin quotidien en son saturé. Ici le son est clair, mais résolument rock. Progressif ? Probablement. Je dirai que c’est un rock hybride, « amélioré », susceptible de plaire à des fans venant d’horizons divers. Je ne dirais jamais assez toute l’admiration que j’ai pour le pianiste / clavieriste Alan Clarke et toute l’importance qu’il a eue sur la musique de Dire Straits. D’autre part, quand je réécoute « Private Investigations » ou « Telegraph Road », je me dis que probablement, j’étais fan d’une certaine forme de musique progressive, plus de 10 ans avant qu’un ami végétal québécois me présente King Crimson …


On pourra en tout cas saluer l’audace de Mark Knopfler de proposer une musique éloignée des canons de la mode de ce début des années 80. Je serais cependant plus nuancé en ce qui concerne l’album suivant de Dire Straits, « Brothers In Arms », qui sortira en 1985 …
« Modifié: 13 mars 2019 à 16:45 par Le Genius »

Le Genius

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 58
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #3 le: 11 mars 2019 à 20:10 »
Désolé le forum doit être bridé et ne permet pas d'afficher les vidéos YouTube ... Daniel, si tu nous lis ...  :-\

Manu Dalton

  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1 010
  • Ex-Rédacteur en chef des Poires rectales.
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #4 le: 12 mars 2019 à 17:43 »
On a quand même les liens, c'est l'essentiel!  :D

Il y a de cela quelques années déjà un collègue de travail m'a fait découvrir Dire Straits. Ce n'est pas un groupe que j'ai intégré dans ce que j'écoute régulièrement mais j'aime bien.
Avertissement: Ce message peut contenir un niveau élevé de sarcasmes, des opinions stupides ainsi que des traces d'arachides. La discrétion du lecteur est avisée.

Le Genius

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 58
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #5 le: 13 mars 2019 à 16:47 »
Un grand merci à Philo qui a ajouté la fonction permettant de mettre des fenêtres Youtube !

Philo

  • Фило
  • Administrateur
  • Membre Héroïque
  • *****
  • Messages: 1 169
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #6 le: 14 mars 2019 à 04:20 »
Plaisir. :)

Le Genius

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 58
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #7 le: 16 mars 2019 à 08:11 »
Robert Wyatt - Rock Bottom




Mille neuf cent soixante quatorze aura indéniablement été une année bénie pour le monde de la musique, tant de chefs d’œuvre auront été publiée cette année là : « Kohntarkosz » (Magma), « Starless and Bible Black » puis « Red » (King Crimson), « Autobahn » (Kraftwerk), « Apostrophe (‘) » (Frank Zappa), « Harmonium » (Harmonium), « Charlebois » (Robert Charlebois) (pour les deux derniers, c’est pour me faire bien voir par le lectorat majoritairement québécois. On notera l’originalité dont font preuve les artistes québécois pour donner un nom à leurs albums … ). Notons aussi les très belles performances françaises, avec la sortie des  titres « Vanina » de Dave et « Gigi l’Amoroso » de Dalida  :-\


En 1974, donc, Robert Wyatt propose donc au monde cette expérience musicale, dans un contexte personnel assez singulier : ancien batteur de Soft Machine puis de Matching Moles, Wyatt vient de passer de longs mois dans un hôpital, suite à une chute qui l’a rendu paraplégique. Autant dire que le bonhomme a eu beaucoup de temps pour envisager et créer cet album. Autant dire aussi qu’il se met à poil, sans aucune pudeur, dans cette musique dans laquelle il semble avoir mis tous ses états d’âme, ses doutes, ses joies et ses peines. La musique est tantôt intimiste et épurée, tantôt symphonique, tantôt brouillonne tantôt … tandis que le chant semble être celui d’un petit garçon perdu, ou bien peiné, ou bien totalement perturbé, ou bien …


Mais, à bien y réfléchir, comment est-il permis d’affirmer que cette musique est le reflet des états d’âme de Robert Wyatt ? Celui-ci a d’ailleurs déjà dit que certaines chansons étaient déjà à l’étape de projet AVANT son accident tragique. Comment affirmer donc que Wyatt a voulu raconter en musique son histoire ? Plus j’écoutais cet album, plus je me disais que ce qu’évoque cette musique, ce n’est PAS l’histoire de Wyatt, qui, en somme, est un gars plutôt sain d’esprit.


Comment ne pas songer en écoutant cette musique, aux sentiments fluctuants de quelqu’un d’autre ? Ne pourrat-on pas envisager un voyage dans la pensée d’un Homme (dans le sens être humain) halluciné ? Par une pathologie, par la prise de drogue ? Un homme halluciné et souffrant, à nu ? Oui, une mise à nu progressive ET hallucinée, comme celle d’un supplicié subissant le Lingchi, lentement et méthodiquement dépecé mais conscient, tandis que l’opium perturbe sa perception des faits et rend - temporairement - moins cruel sa lente agonie …


En fait, tout cela n’est qu’interprétation, grandement exagérée pour donner l’illusion d’une analyse intelligente et pleine de distance de l’œuvre dont je parle. Le réalité est bien plus simple et plus perturbante. Rock Bottom, je le disais en introduction, est une « expérience » musicale, bien plus qu’un album de musique, une sonde qui s’introduit discrètement dans le cerveau de chaque auditeur, devenu cobaye d’une expérience surprenante. Car ne vous y trompez-pas : si c’est bien la voix de Wyatt et les instruments des musiciens que l’on entend, la caisse de résonance de cette musique n’est pas située dans la guitare ou dans le fut des caisses de la batterie. C’est dans cette mystérieuse masse gluante coincée dans votre boîte crânienne que résonne cette musique. Les sons qui font vibrer nos tympans passent nécessairement par la case « cerveau » pour être assimilés, interprétés, et là ils prennent des chemins différents chez chacun d’entre nous. Ces chemins ont été balisés par notre histoire personnelle, notre sensibilité, notre caractère … et cette musique ne sonnera jamais de la même façon chez des personnes différentes. L’histoire de Rock Bottom, en fait, c’est la notre. Rock Bottom, c’est à la fois un miroir qui nous permet de nous voir de l’intérieur, et une grosse bassine dans laquelle chacun déversera des sentiments qui lui sont propres.


Car croyez-moi sur parole : vous ne resterez pas insensibles à ce moment d’introspection qu’est Rock Bottom. Impossible.

--

Notez bien que cette chronique a été rédigée d'une traite, en pleine nuit, alors que j'aurais dû être au lit depuis bien longtemps? Je n'ai intentionnellement pas voulu la relire, mais vous la proposer brute, avec ce que cela comporte comme défauts. Je m'en excuse par avance.

Salade dendives

  • Membre Senior
  • ****
  • Messages: 491
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #8 le: 16 mars 2019 à 23:53 »
!!!!

Un de mes disques préférés, superbement chroniqué par tes bons soins (Le fond rocailleux, que j'aime imaginer retentir dans l'aréna chaque fois que le Rock applique sa prise de finition, pour rajouter un côté légèrement surréaliste au sport-spectacle préféré des petits et grands).

J'aurais voulu commenter ton Top bien avant mais les dernières semaines ont été particulièrement éprouvantes niveau boulot et je voulais prendre le temps de savourer tes écrits pour leur rendre justice.

Rock Bottom... c'est du prog dadaïste qui s'accouple avec le jazz libre et une certaine forme de pop supra-artistique. Aussi majeur qu'un Another Green World, mais qui explore d'autres mondes intérieurs satinés, narcotiques, enfumés. Je comprend toute l'admiration que ces messieurs (Eno et Wyatt) ont l'un pour l'autre et aussi pourquoi ils ont collaboré par la suite.

Le "finish" de Sea Song demeure un de mes plus beaux orgasmes musicaux EVER (tout en douceur... un orgasme "praliné" oserais-je).

Bien hâte de lire la suite !

Et pour Dire Straits, c'est un groupe que j'aime bien, sans être un fin connaisseur.  J'avoue n'avoir écouté que le premier disque studio que je trouve excellent mais je vais me pencher sur ce disque "vivant" sous peu :)

Le Genius

  • Membre Junior
  • **
  • Messages: 58
    • Voir le profil
Re : Mes albums préférés (sans ordre particulier)
« Réponse #9 le: 17 mars 2019 à 19:15 »
Salade, évidemment Another Green World sera chronique. Mais j'ignore comment, tant cette musique semble évidente, belle et paradoxalement indescriptible.

Pour Dire Straits, je me permets de te conseiller l'écoute en premier de Private Investigations, puis de Telegraph Road. Mais en entier. Et si tu veux voir l'immense talent d'Alan Clarke au piano, je te conseille la vidéo de Two Young Lovers.

Sinon, je vais m'atteler à la rédaction d'une chronique très tenue et très transportable, dont je me servirai souvent, dans l'espoir que beaucoup l'acceptent. Leur meilleur album (comme chacun de leurs albums  ;)).